Regard sur le Digital en Afrique

Regard sur le Digital en Afrique

  • Post author:
  • Post category:Divers

L’essor du digital en Afrique s’est opéré depuis les années 2000 et son influence sur le mode de vie du continent ne cesse de s’accroitre depuis lors. Selon le rapport annuel de la Global System for Mobile Association (GSMA), on estime à 44% en 2018 le taux de pénétration de la téléphonie mobile en Afrique Subsaharienne et, grâce à elle, un taux de pénétration de 21% pour l’internet mobile. Bien que la grande majorité des africains restent encore non connectés, cette progression du digital a apporté de nouvelles perspectives à l’économie africaine.

Plusieurs applications du numérique ont fait leur apparition, comme le VTC (véhicules de transport avec chauffeur) ou la livraison de repas, proposés par des startups pour les populations plus aisées, avec des possibilités de paiement en ligne. Le commerce électronique n’en est pas resté en marge avec l’apparition de PME proposant articles et services divers à travers divers des sites internet.

Mais même si les solutions digitales semblent être adoptées par le continent, elles soulèvent encore des difficultés liées à la configuration et au mode de vie particulier des pays africains. A titre d’exemple, un service tel qu’Amazon est handicapé par le manque d’adresses postales, les dysfonctionnements des postes ou encore la complexité de la logistique (60 % de la population vivant encore à plus de deux kilomètres d’une piste bitumée).

Vous l’aurez compris, le véritable défi réside dans l’adaptation des solutions digitales au réalité du continent.

adapter le digital à l'afrique

A ce jour, le plus grand succès est l’avènement des services financiers mobiles. Qu’ils soient basiques (dépôts, retraits, paiement) ou plus élaborés (épargne, prêt, assurance) ces services ont pris l’ascendance sur les services bancaires conventionnels et sont aujourd’hui omniprésentes dans les transactions sur le continent. Dans certains pays comme la Tanzanie ou le Kenya, on compte dix fois plus de comptes sur mobile qu’en agence bancaire.

Certains groupes ont su s’adapter, comme CFAO qui a lancé sa plateforme « Africashop » qui permet aux clients de retirer les produits commandés dans ses points de vente, ou encore Jumia qui propose plusieurs moyens de paiements dont le paiement mobile ou le paiement cash à la réception

accès digital

Il ne faut pas oublier non plus qu’en Afrique, les populations les plus pauvres sont souvent dépourvues des compétences alphabétiques et numériques indispensables à l’utilisation d’Internet. Aux problèmes d’aptitude s’ajoutent un manque de couverture réseau, des difficultés énergétiques et une question de prix. Il s’agit donc de mettre en œuvre des solutions « qui transformeront des produits coûteux et compliqués en produits accessibles au plus grand nombre, créant ainsi de l’emploi et donnant du pouvoir aux utilisateurs » Efosa Ojomo.